Gestion du deuil chez l'enfant
Enfant

Mieux comprendre le deuil chez l’enfant de 5 à 8 ans

L’enfant est confronté à la mort d’un proche dans son environnement immédiat. Il apprend avec sa famille et à son niveau, en s’adaptant en fonction de son âge.

Quel que soit son âge, il est important de lui parler et de ne pas le tenir à l’écart de la réalité du décès.

Parler de la mort avec son enfant

La mort faisant partie de la vie, en parler peut aider les enfants à comprendre que tout le monde doit mourir un jour.

Étant donné le caractère inévitable et définitif de la mort, il est bon de se préparer à cette conversation et d’essayer de trouver les bons mots en fonction de l’âge de votre enfant pour lui expliquer de manière équilibrée comment la mort survient.

Il est important de ne rien cacher mais de ne pas trop en dire. Veillez à ne pas utiliser de termes ambigus qui pourraient désamorcer ce sujet délicat ou générer une anxiété inutile ; par exemple : il est parti pour toujours, elle est partie pour un long voyage…

Des pleurs cachés et des émotions

Les enfants de 5 à 8 ans sont suffisamment matures pour comprendre l’irréversibilité de la mort.

Ils ont compris que la mort concerne tous les êtres vivants. Ils sont généralement plus réservés et silencieux que les enfants de 2 à 5 ans, et posent peu de questions sur leur proche décédé.

Leur insouciance apparente peut laisser croire qu’ils sont dans le déni, mais ce n’est pas le cas. Leur trouble intérieur se manifeste par des rires plus exagérés que d’habitude et par le jeu intense dans lequel ils sont absorbés.

Ils peuvent cacher leurs émotions et leurs larmes de peur de perdre le contrôle s’ils les laissent sortir.

Ils peuvent aussi garder leurs sentiments pour eux par mimétisme. S’ils voient des adultes réprimer leurs sentiments, ils font comme les « grands » qui nient leurs émotions.

Comment l’enfant le vit à l’école

Les enfants qui ont vécu la perte d’un parent ont souvent une grande appréhension à l’école.

Ils sont conscients qu’ils ne sont plus perçus de la même manière que leurs autres camarades de classe, et cela peut les déstabiliser.

Même si leur classe compte d’autres élèves qui ont vécu la même chose, le fait d’avoir quelqu’un pour entendre leurs craintes peut être rassurant et utile à ce stade.

Évitez de le laisser se substituer au parent décédé

Les enfants sont très vulnérables à une perte soudaine, en particulier dans une structure familiale déjà fragile. Ils ont besoin de beaucoup de soutien et de renforcement de la part des adultes.

Il est important que l’adulte évite d’être trop sévère à propos de certaines choses et qu’il trouve des sujets de conversation qui peuvent aider l’enfant à comprendre et à exprimer ce qu’il ressent.

L’adulte doit essayer de ne pas accabler l’enfant de ses sentiments de colère ou de frustration face à la perte et ne pas faire d’allusions au parent décédé, même si celui-ci était violent envers son enfant…

Choisissez une plaque funéraire avec l’enfant

Avec une pierre tombale, votre enfant qui a perdu un parent peut avoir un souvenir physique de l’être aimé. C’est également un moyen de permettre aux enfants d’exprimer leurs sentiments et de faciliter le processus de deuil.

Les enfants réalisent rapidement qu’ils continueront à vivre leur vie, mais qu’ils se souviendront toujours que leur parent n’est plus avec eux.

Vous pouvez acheter une plaque mortuaire en ligne si besoin.

Cette dernière est un symbole physique d’amour et d’amitié et permet aux enfants de se rendre sur le lieu de sépulture de leur proche aussi souvent que possible.

L’identification partielle est normale

Il est normal que les enfants éprouvent un sentiment de confusion et de perte lorsque leurs parents se séparent ou divorcent.

C’est également le cas lorsqu’un enfant vient d’apprendre le décès d’un de ses parents.

Il n’est pas rare que cette information lui parvienne pendant les récréations avec d’autres enfants, à l’école ou par l’intermédiaire d’amis.

L’enfant va probablement pleurer, ressentir de la colère et de l’anxiété face à sa situation.

Il peut se poser des questions sur la mort elle-même, ce qui peut entraîner des troubles de la culpabilité.

La période de deuil, avec ses oscillations entre une tristesse intense et des moments de joie, revient plusieurs fois jusqu’à ce que les nouvelles émotions se stabilisent.

L’adulte doit toujours rassurer l’enfant sur le fait qu’il est toujours aimé par lui et par les autres, et l’aider à gérer ces émotions afin de mieux accepter la réalité.

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code