Conseils pour parents et futurs parents
Les conséquences de l’utilisation d’antidépresseurs lors d’une grossesse
Les conséquences de l’utilisation d’antidépresseurs lors d’une grossesse

Les conséquences de l’utilisation d’antidépresseurs lors d’une grossesse

Les femmes enceintes sont fréquemment confrontées à des problèmes de santé mentale, et il est parfois nécessaire de prendre des antidépresseurs pour traiter ces troubles. Bien que ces médicaments puissent être efficaces pour soulager les symptômes, il est important de comprendre les risques qu’ils peuvent entraîner pour la mère et l’enfant. De ce fait, est-ce que les antidépresseurs augmentent les risques de complication pour la mère et l’enfant ? Quels sont les risques associés à la prise d’antidépresseurs pendant la grossesse ?

Est-ce que les antidépresseurs augmentent le risque de complications pour la mère et l’enfant ?

Les conséquences possibles liées à la consommation d’antidépresseurs durant la grossesse peuvent varier. La prise de ces médicaments peut augmenter les risques de complications pour la mère, comme une hémorragie post-partum et des saignements excessifs. Elle peut également augmenter les risques d’accouchement prématurés et de faible poids à la naissance.

Le risque de complication chez la mère

Il faut préciser que certaines femmes ont besoin de suivre un traitement les obligeant à prendre des antidépresseurs durant leur grossesse. En effet, il existe un traitement pour les femmes en dépression. L’antidépresseur le plus sûr pour les femmes enceintes est l’ISRS ou les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine. D’après des études, la prise d’antidépresseur comme l’ISRS durant la grossesse ne représente aucun risque d’anomalies pour le fœtus. Un point qui devrait rassurer les femmes enceintes. Cependant, il est toujours recommandé de consulter l’avis d’un spécialiste avant de se soumettre à ce traitement. Sachez que consommer ces médicaments (antidépresseur) durant la grossesse peut entraîner chez les femmes enceintes des saignements excessifs.

Le risque de complication pour l’enfant

La dépression chez les femmes enceintes entraîne des effets sur le fœtus. Une étude a montré que la dépression pendant la grossesse provoque des malformations pour l’enfant ou encore un accouchement prématuré. Dans le cas où la mère souffre de dépression, l’allaitement de l’enfant devient difficile. C’est là qu’il devient crucial pour la future maman de prendre des antidépresseurs, pour assurer le bon développement du fœtus.

Ainsi, il faut reconnaitre que dans certains cas, les antidépresseurs durant la grossesse sont utiles pour calmer le changement d’humeur de la mère, donc pour le bon développement du fœtus. Néanmoins, il faut demander l’avis d’un médecin avant l’utilisation de ce médicament, car il peut engendrer des complications chez la mère.

Quels sont les risques associés à la prise d’antidépresseurs pendant la grossesse ?

maternité prenant des notes sur une tablette

Les risques pour l’enfant sont également importants. Les enfants exposés à des antidépresseurs in utero peuvent présenter des symptômes de toxicomanie après la naissance, ainsi que des troubles du comportement et des difficultés d’apprentissage. Les antidépresseurs peuvent, de surcroit, favoriser les risques de malformations congénitales et les problèmes de croissance, en particulier lorsqu’ils sont pris pendant le premier trimestre de la grossesse.

Une maman dépressive n’augure rien de bon sur la santé tant physique que mentale d’un enfant in utéro.

Les risques associés à la prise d’antidépresseurs chez l’enfant sont les suivants :

Des troubles neuro-développementaux

Des études démontrent que la plupart des enfants exposés à des antidépresseurs comme l’ISRS in utéro présentent des troubles neuro-développementaux. Si vous recherchez plus d’informations, il existe des revues de données qui exposent ces troubles chez les enfants ayant été connu les épisodes dépressifs de sa maman.

Des malformations congénitales

Une étude montre que la prise d’antidépresseurs provoque les malformations du cœur, du cerveau, du crâne ainsi que de la paroi abdominale de l’enfant. Cette étude met en évidence le lien entre la prise de la paroxetine et les malformations congénitales et cardiaques.

Des problèmes de croissance

La prise des antidépresseurs pendant la grossesse provoque le ralentissement de la croissance du fœtus. Parallèlement, cela entraîne aussi des problèmes de croissance, une fois enfant.

L’hypertension pulmonaire

Actuellement, des études montrent des résultats contradictoires sur l’utilisation des antidépresseurs. Elle ne tient pas compte des facteurs que cela peut engendrer. Également, la consommation d’antidépresseurs durant le deuxième trimestre de grossesse augmente le risque d’hypertension pulmonaire chez les nouveaux nés.

Selon des études, la plupart des femmes présentent quelques symptômes de dépression durant la grossesse. Aussi, un traitement est possible en vue de minimiser les conséquences de cette dépression maternelle, comme les antidépresseurs. L’antidépresseur le plus utilisé et recommandé par les médecins pour une femme enceinte est ISRS, qui est un inhibiteur sélectif de la recapture de la sérotonine. Dans tous les cas, il est recommandé à toutes les futures mamans de bien se renseigner sur les risques que ce médicament peut occasionner sur sa santé et celle de son enfant.